Cas vécus en gestion quotidienne

Des erreurs, nous en faisons tous.

En gestion d'entreprise, cela peut être fatal.

Pour éviter la déroute, il faudra se montrer créatif

Une magnifique commande qui a failli tourner à la catastrophe

Mister X est ingénieur en filtration industrielle. Il a l'habitude de négocier des commandes avec des Acheteurs de grands groupes industriels. Les affaires sont de plus en plus difficiles et les Acheteurs de mieux en mieux formés.

Mister X a besoin de cette commande et las, il accepte que l'usine effectue l'installation. Mister X ne pense pas, à ce moment là, à faire acter une date de mise en service obligatoire. Et la facture est payable à la mise en service !

Mister X est très mal à l'aise avec les subtilités de la TVA et il ne se rend pas compte qu'il vient de faire une erreur monumentale qui va lui coûter 10.500 € de TVA ! Puisqu'il n'y a pas "Installation sur un bien immobilier ..." Donc pas de TVA au Cocontractant.

La facture est adressée dès livraison à l'usine. A partir de ce moment, la TVA est due à l'Etat. De plus l'installation est reportée par l'usine par manque de Personnel qualifié. Et le paiement aussi !

La seule solution possible : un rendez-vous auprès du Receveur de la TVA de Namur. Je prépare le dossier - commande - mail de report de l'installation etc. Il exige un paiement de 1.000€ par mois. Je tiens ferme sur 500€ car je sais que cet entrepreneur n'y arrivera pas.

Le Receveur accepte car il sait à quel point ces "Grands comptes" font la pluie et le beau temps.

Que faut-il retenir de cet exemple ?

Pour des marchés d'une telle ampleur, informez-vous des précautions à prendre.

gocier avec des "Grands Comptes" exige du doigté, de la force une bonne préparation  et surtout du sang froid.

Se taire sur un problème, aussi important, est plus catastrophique que la catastrophe elle-même : les amendes et intérêts lui ont coûté plus de la moitié de la somme due.

 

Une bonne utilisation de la trésorerie

Je négocie avec mon fournisseur un paiement en 3 tranches : à la commande - au départ de l'usine (Livraison après 3 jours) - à la livraison 30 jours fin de mois.

La marchandise est mise en production directement. La 1/2 de la production est déjà vendue.

Grâce à l'arrangement avec mes clients, la 1/2 a fait l'objet d'un acompte et le solde à la livraison. Nous avons donc les fonds pour solder la commande du fournisseur. Lui et moi sommes contents.

Que faut-il retenir de cet exemple ?

Assurer la filière des paiements demande de la créativité et encore plus de la rigueur.

Informez-vous sur les subtilités TVA, surtout si vous travaillez avec des fournisseurs hors de Belgique - que vous transformez en Belgique et revendez à l'étranger !

Assurez votre approvisionnement pour éviter les ruptures de stocks.

 

Ne pas connaître, c'est normal. Ne pas s'informer, c'est très dangereux.

Le responsable est sollicité sur le prix d'une animation. Il choisi l'animateur et se sert du salaire brut pour établir le prix + 10%. Ignorant superbement la cotisation patronale à l'ONSS ainsi que ma recommandation. Ce fut sa méthode durant toute l'année. Le déficit ne tardera pas et les soucis de trésorerie non plus.

Que faut-il retenir de cet exemple ?

Obligation de résultats : si on ne demande pas au décideur de tout savoir, il en reste pas moins soumis à cette obligation. Connaître les divers éléments d'un salaire est vital, surtout dans le secteur des services.

Salaire sous haute protection : tout ce qui touche à cette partie de votre activité est sous haute protection et haute surveillance. Quand vous vendez du service, vous vendez du salaire et tout ce qui concerne le travailleur y compris sa sécurité !

Pas de rentabilité, pas de trésorerie : La cotisation patronale à l'ONSS est une charge à décaisser à court terme. Si vous n'en tenez pas compte dans votre prix, libre à vous. L'ONSS ne vous en fera pas cadeau et appliquera les majorations et amendes en conséquence. Votre trésorerie se videra plus vite qu'elle ne se remplira.

Haut de la page